Lutte contre les espèces exotiques envahissantes (EEE)

La renouée du Japon

Le phragmite

Les espèces végétales exotiques envahissantes comme la renouée du Japon et le myriophylle à épis menacent la survie des plantes indigènes au Québec. Il existe également des espèces fauniques exotiques envahissantes comme l’agrile du frêne qui ont un impact négatif sur la santé des frênes. La problématique étant que ces espèces, une fois implantées dans leur nouveau milieu, s’adaptent très bien aux conditions environnantes et ont souvent très peu de prédateurs. Elles apportent ainsi une certaine compétition autour d’elles et prennent la place des espèces qui sont présentes.

Du côté environnemental, les espèces envahissantes peuvent participer à l’érosion des sols, à l’extinction d’espèces et à l’altération de la biodiversité. Du côté social, elles peuvent augmenter les risques de maladies et contribuer à la réduction des diverses activités autant aquatiques que terrestres (Gouvernement du Canada, 2017). Afin de contrer ces différents problèmes, l’équipe de l’OBV Charlevoix-Montmorency participe à des projets d’inventaires et de caractérisations des espèces exotiques envahissantes afin de pouvoir cartographier les milieux touchés et lutter contre ces espèces. L’équipe de l’OBV-CM appuie les municipalités dans leur lutte aux EEE et leur fournir des documents de sensibilisation à faire parvenir à leurs citoyens et citoyennes. Des activités de sensibilisation sont aussi prévues afin d’informer les municipalités, les citoyens et même les plus jeunes. De plus, un projet de caractérisation des herbiers aquatiques dans le lac Nairne aura lieu à l’été 2022 afin de confirmer ou d’infirmer la présence de ces espèces nuisibles.

En plus d’aider les municipalités dans la lutte aux EEE, l’équipe de l’OBV-CM travaille en collaboration avec des propriétaires privés afin de lutter ensemble contre les espèces exotiques envahissantes présentes sur leur terrain.

Caractérisation et lutte contre la renouée du Japon à Sainte-Brigitte-de-Laval

L’équipe de l’OBV-CM travaille en collaboration avec la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval afin de caractériser les colonies de renouée japonaise près de la rivière Richelieu et du lac Goudreault. Ce projet vise à protéger le lac Goudreault, la rivière Richelieu et la rivière Montmorency de la renouée du Japon. 

Lors de leur caractérisation, un employé de la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval et un employé de l’OBV-CM récolter des données, telles que la localisation des colonies, la densité des tiges, la superficie de la colonie, les enjeux de la présence de ces colonies sur l’environnement et les installations humaines, l’accessibilité des colonies, etc. Ces données récoltées permettront de planifier de futurs travaux de lutte et de prévoir des travaux de recherche sur cette EEE. 

Comment reconnaitre la berce du Caucase ?

Lutte contre le potamot crépu

L’équipe de l’OBV-CM a été contacté par un propriétaire privé afin d’apporter son aide dans la lutte au potamot crépu, une plante aquatique exotique envahissante. Cette lutte consistait à arracher les tiges de cette plante, en prenant bien soin de retirer ses rhizomes, puis à les laisser sécher loin de tous cours d’eau. 

Les méthodes de lutte et d’élimination des plants sont différentes d’une espèce à l’autre. Contactez-nous afin de savoir quelles méthodes employées. De plus, l’équipe de l’OBV-CM peut réaliser les travaux de lutte aux EEE, et ce pour différentes espèces. 

Les plantes exotiques envahissantes (PEE) les plus présentes sur le territoire

Peu présente, mais risque pour la santé

Source : Gouvernement du Canada. (12-05-2017). Pourquoi les espèces envahissantes sont nuisibles. Repéré à Pourquoi les espèces exotiques envahissantes sont nuisibles – Canada.ca

Si vous avez des questions sur la lutte contre les EEE, contactez-nous : info@charlevoixmontmorency.ca